Et c'est au tour de Louise, fille unique du couple dont le père est souvent absent. Elle fut élevée chez ses grands parents, milieu intellectuel et brillant. En 1844, elle épouse le Comte Alphonse Gérard de Rayneval : elle n'a que 18 ans. Le Comte, né le 1er août 1813, diplomate, fils de diplomate, petit fils de diplomate: sa  famille a été appréciée à Vienne, Madrid, Saint Petersbourg, Naples, Rome; le grand oncle a été ministre plénipotentiaire aux Etats Unis pendant la guerre d'Indépendance. En 1851, Alphonse  est ambassadeur auprès du Saint Siège. Louise, maintenant Comtesse de Rayneval, le suit dans ses postes successifs. Hélas, il meurt à Paris le 10 février 1858 d'une crise d'angine de poitrine !

Veuve à 31 ans, Louise de Rayneval soigna les malades, s'adonna aux oeuvres de charité. Elle était chrétienne pratiquante: en 1852, elle offrit un ostensoir en bronze (ustensile de culte désormais inutilisé) à l'église de Villepreux. Elle était assoiffée de connaîssance, et voyagea : Espagne, portugal, Algérie, Suisse, Angleterre, Palestine, Egypte...

Elle soigna Grand'Maisons : remise en état, embellissement, agrandissement.  En particulier elle reconstruit dans la Ferme la partie habitation déjà élevée par Madame Merlin, puis l'écurie et la grande bergerie, enfin la grange à blés... par le jeu d'échanges et d'achats, elle concentre ses terres; revendant la Faisanderie en 1891, la ferme des Mazus en 1898, ainsi que les terres de Bois d'Arcy en 1900. En définitive, son domaine fut moindre qu'à son arrivée : par contre le Ferme de Grand'Maisons était passée de 196 à 282 hectares.

Louise de Rayneval, Comtesse de Grand'Maisons, mourut à Paris le 1er octobre 1909.